Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 17:36

  

Je descendais de la montagne à pas rapides,

Mes gestes étaient souples, ma tête était vide.

Je savais parfaitement où poser mes pieds,

J’étais, comme l’animal, par plus grand guidé.

Je me confondais avec les fleurs et les roches,

Plus aucune pensée sur mon avenir proche

Ne me troublait. La montagne et moi n’étions qu’un.

Je m’arrêtai près d’un petit ruisseau, serein,

Son eau rafraîchit mes mains et son chant mon cœur.

« Quelle chance, dis-je, de goûter au bonheur ! ».

Le soleil se coucha, j’arrivai au village,

Dans le ciel éclata un terrifiant orage.

 

 

 

 

5 juillet 2011

 

 

 

Texte protégé (SGDL). Toute reproduction est interdite sans autorisation de l’auteur.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by kevin-broda-poete
commenter cet article

commentaires